Aperçus de l’un des plus grands salons professionnels de l’alimentation et des boissons au monde

Une vingtaine de produits brésiliens a été présentée à l’un des plus importants salons de l’alimentation et des boissons au monde, SIAL, à Toronto.

 

Les saveurs exotiques et différentes de l’Amazonie, telles que l’açaï, le cupuaçu et les côtes de tambaqui étaient présents, ainsi que d’autres produits brésiliens typiques dans leur version haut de gamme: pain au fromage, gâteau salé au poulet, beurre de cacahuète, noix de cajou, palmier pupunha, miel, maïs soufflé, parmi d’autres. Si la liste vous laisse déjà affamée, le désir de nouer de nouveaux contacts et d’élargir les relations commerciales entre Brésiliens et Canadiens était encore plus grand.

 

Les deux pays ont des profils et des objectifs complémentaires. Le Brésil est une puissance mondiale dans la technologie agro-industrielle. Le plus grand producteur d’articles tels que le soja, le coton, le maïs et les protéines animales. Son secteur alimentaire est reconnu internationalement comme une marque forte, à la fois en qualité et en diversité.

 

Le Canada à son tour veut réduire d’année en année la dépendance commerciale des États-Unis et est extrêmement ouvert aux nouvelles.

 

« L’homme d’affaires brésilien du secteur de l’alimentation ne recherche généralement le marché étranger que lorsque le marché intérieur n’est pas satisfaisant. Notant que le scénario se redresse, il oublie les exportations. Nous devons changer car il s’agit d’une des principales plaintes des Canadiens », a déclaré Luis Ramos, directeur exécutif de Dacolor, représentant des marques nationales à l’étranger, présent au SIAL.

 

Et si cela dépend du travail de la CCBC, le pays est sur la bonne voie et peut diversifier davantage les canaux de ses offres de produits.

 

« Le personnel de CCBC a toujours été attentif à générer des affaires. Ils ne m’ont pas laissé rester immobile. Quand ils voyaient que j’avais un peu de temps libre à l’événement, ils inscrivaient des réunions supplémentaires avec des clients potentiels, donc je bénéficiais des possibilités au maximum », a déclaré Anna Bastos, partenaire de B21 Importação e Exportação, une autre société participant à la mission.

 

La mission commerciale de la CCBC a eu lieu non seulement à la foire SIAL de Toronto, mais aussi à la CHFA Montréal, spécialisée dans les produits organiques et naturels.

 

Un des points forts du programme a été les deux dîners préparés pour les acheteurs canadiens à Toronto et à Montréal. Les menus ont été élaborés par la chef Mariana Valentini en utilisant les produits mis en avant par les participants brésiliens.

En outre, en moyenne 14 réunions ont été organisées par entreprise, plus 5 visites techniques chez les détaillants et les distributeurs de produits alimentaires dans les deux villes. Outre Dacolor et B21, la mission de la CCBC comprenait Isis Mel, São Cassiano pupunha et GC5 Trading, spécialisée en opérations de commerce extérieur personnalisées.

 

Pour en savoir plus sur l’expérience de SIAL selon les participants

 

ISIS : Au Canada, le prix est souvent à l’arrière-plan


Leader brésilienne dans l’industrie du miel et des produits dérivés, avec plus de 30 ans d’expérience. Fournisseur de sociétés telles que Kellogg’s, Mondelez International et Pepsi. Exportations vers l’Amérique du nord, l’Europe et l’Asie, connue aux États-Unis sous le nom d’AlphaBee.

 

« Le Canada est un marché où le prix est souvent à l’arrière-plan. Tout d’abord, les entreprises sont à la recherche de produits qui respectent l’éthique, la durabilité, les questions sociales, qui utilisent des ressources renouvelables et libres d’émissions de carbone . Au Brésil, en général cette préoccupation est de niches spécifiques ».

« L’un des différentiels de la CCBC a été l’infrastructure. Nous avions une salle spéciale avec un espace pour discuter et négocier avec des partenaires potentiels, ainsi que pour stocker des échantillons et du matériel de communication. »

« L’un des avantages du Brésil est la disponibilité de vastes zones pour la production de miel organique, en particulier dans les régions nord et nord-est. L’ une des conditions pour que le miel gagne un certificat de produit organique c’est que le rucher se trouve à quelques kilomètres de distance d’une zone où l’on utilise des pesticides dans l’ agriculture ».

 

Témoignage de Piero de Sá, directeur du marché intérieur d’Isis

 

SÃO CASSIANO : 50 kilos de cœur de palmier pour que le public goûte


Pupunha cultivé dans la ferme centenaire de São Cassiano, Jaú (SP), depuis les années 1980. Société pionnière dans la culture de pupunha gourmet dans l’état, sans conservateurs. Commercialise le produit précuit dans les formats cœur, péniche, carpaccio et spaghetti.

 

« Ce sont des personnes originaires d’Espagne, d’Allemagne, d’Inde et de divers pays. C’est très intéressant de comprendre les différences, de voir comment sont présentés les produits dans tous ces endroits. »

 

« J’ai assisté à des réunions, des tables rondes d’affaires. Les dîners promus par la CCBC lors de la Semaine de la gastronomie brésilienne ont été décisifs pour que les Canadiens connaissent mieux les produits. J’ai envoyé 50 livres de kilos de cœur de palmier pour que le public goûte.

« Le cœur de palmier prédominant au Canada provient de l’Équateur et est riche en sodium et en stabilisants et est peu accepté par les Canadiens. Mon produit est différent, passe par un processus appelé pasteurisation, sans sodium ni additifs. Cela garantit un cœur de palmier frais et savoureux avec l’appel sain si important pour le marché local ».

« Les Canadiens sont exigeants en ce qui concerne la qualité et l’engagement au projet d’exportation à long terme. J’ai conclu avec une entreprise l’importation et la représentation de la marque là-bas ».


Témoignage de Fernando Oliveira, PDG de São Cassianho Pupunha


B21 : Cette vision plus saine attire le Canadien


Spécialisé dans les produits brésiliens haut de gamme. Elle intervient dans des projets de commerce extérieur, dans le développement de partenariats commerciaux et logistiques et dans la construction de relations commerciales internationales dans les segments les plus divers.

« L’un des plus grands différentiels était l’organisation et le soutien de la CCBC pour la mission. Le personnel de CCBC se consacre à aider à faire des affaires. Nous avons obtenu de l’aide pour cartographier les concurrents au Canada, connaître des partenaires potentiels et connaître la législation. »

 

« Le Canada a un grand besoin d’importer de la nourriture, le public a un fort pouvoir d’achat et, avec le dollar canadien plus valorisé que le real, nos produits gagnent en compétitivité. »

 

« Nous avons du chocolat végétal, du cacao organique, du maïs soufflé et paçoca sans conservateurs. Cette vision plus saine attire le Canadien. Nous avions déjà des commandes de paçoca et nous ajustons maintenant l’emballage pour le marché local ».


Témoignage de Anna Bastos, partenaire de B21 Importação e Exportação


DACOLOR : Plusieurs entreprises ont émergé et émergent du réseau créé par la mission.

 

Avec plus de 20 ans de marché et des bureaux aux États-Unis, au Canada et en Chine. Représente des marques de divers segments tels que les aliments et boissons, les produits pharmaceutiques et la construction. Travaille dans les domaines de la vente, du marketing commercial, du conseil, des plans d’affaires, entre autres.

« En moins de 24 heures, nos produits ont quitté Guarulhos et ont été dédouanés par les douanes canadiennes. La performance de CCBC était essentielle au succès de la logistique de l’envoi des échantillons, qui sont des aliments sensibles et nécessitent un grand soin ».

 

« Plusieurs entreprises ont émergé et émergent de ce réseau créé par la mission. En raison des résultats obtenus au SIAL, deux sociétés sont en contact avec nous pour une représentation au Canada. »

« Au Canada, des opportunités se sont présentées sur le marché américain, avec plusieurs distributeurs opérant au marché canadien et basés aux États-Unis. »

 

« Le secteur alimentaire est également le moteur du marché des cosmétiques, avec des matières premières issues de la forêt atlantique et de l’Amazonie, telles que l’açaï, avec de nombreux avantages. »

 

« Comme indiqué par la CCBC, nous nous sommes inscrits au stand corporatif du ministère de l’agriculture, ce qui a facilité les contacts, le projet d’exposition des produits et la dégustation. Sans cela, il n’y aurait aucun moyen de promouvoir la dégustation lors de l’événement. »


Déclaration de Luis Ramos, directeur exécutif de Dacolor

Conheça também o
X