amazonie pour toujours

Des projets d’écotourisme permettent de préserver la forêt et de collaborer avec les populations riveraines

 

par nathalia molina / Fernando Victorino

Tirer le meilleur de la forêt par sa conservation est une activité gagnant-gagnant, surtout dans l’un des biomes les plus riches du monde. Vivre en Amazonie et apprendre aux voyageurs à respecter l’environnement qui les accueille contribue à la construction d’un écotourisme responsable et à la subsistance des populations riveraines – et encore plus pour la vie sur la planète.

L’action des entrepreneurs touristiques en faveur de la préservation de l’environnement comprend à la fois des mesures écologiquement correctes dans leurs entreprises et l’emploi de la main-d’œuvre locale, qui est un outil fondamental du développement social. En Amazonie, les hôtels de la jungle et les expéditions fluviales contribuent à sensibiliser les habitants et les visiteurs, et aussi luttent physiquement contre les catastrophes environnementales.

“Les professionnels du secteur de voyages ne pas seulement montrent au monde la beauté du biome amazonien et l’importance de sa préservation, mais agissent souvent directement pour lutter contre la déforestation et les feux de forêt. Que ce soit par le biais de leurs employés qui participent bénévolement à des actions pour faire face aux problèmes ou par des dons de ressources pour les populations touchées et les ONG”, explique Caio Fonseca, directeur des hôtels Juma.

Il raconte qu’il offre aux employés des conférences sur la protection de l’Amazonie, abordant des thèmes tels que le recyclage et la réduction des catastrophes environnementales. “Parmi nos employés, 90 % sont des locaux, ce qui contribue à générer des revenus et à faire comprendre qu’il est nécessaire de conserver la forêt.”

Fondé il y a 20 ans, l’hôtel de jungle Juma Amazon Lodge est situé sur une superficie de 7 000 hectares, à environ trois heures de la capitale de l’Amazonie, Manaus. “L’idée est de considérer la forêt comme une priorité au sein de l’expérience immersive, tout en maintenant l’équilibre écologique. Les bungalows offrent le confort nécessaire, sans excès, et l’infrastructure dispose de 40 panneaux photovoltaïques et de 72 batteries pour garantir l’énergie électrique, réduisant ainsi le recours aux générateurs conventionnels”, explique M. Fonseca.

En 2020, le Juma Amazon Lodge a gagné le prix Abeta Brasil Natural dans la catégorie Durabilité, donné chaque année par l’Association brésilienne des entreprises d’écotourisme et de tourisme d’aventure. L’hôtel de jungle dispose également d’un système de chauffage solaire de l’eau, d’une station d’épuration des eaux usées et d’un centre de tri des déchets. Pendant leur séjour, les voyageurs sont encouragés à interagir de manière respectueuse avec la nature et, lors de leurs activités, à planter un arbre pour contribuer à l’écosystème.

Aussi en Amazonie, l’Expédition Katerre réalise depuis 2004 des itinéraires fluviaux en harmonie avec les communautés riveraines. Les programmes de trois à sept nuits explorent le Rio Negro et ses affluents – Jaú, Apuaú, Jauaperi et Aracá. Les deux bateaux partent de Novo Airão (200 kilomètres de Manaus), une municipalité où 85% de la zone est protégée par un type d’unité de conservation. “Nos bateaux sont limités à un maximum de 16 passagers. L’Expédition Katerre a le tourisme communautaire dans son ADN”, déclare Ruy Tone, l’un des partenaires.

Selon lui, la population est le protagoniste des activités d’écotourisme, ce qui donne de l’authenticité aux expériences. “Dans la communauté de Cachoeira do Jaú, pendant la saison des crues, les canoéistes conduisent les visiteurs le long des sentiers aquatiques dans les igapós et partagent leur sagesse sur la faune et la flore”, dit-il. “Observer le mode de vie simple de ces familles, visiter un moulin à farine et une école communautaire, déguster la pêche du jour… Les visites des communautés font partie des visites les plus intéressantes demandées par les visiteurs. De nombreux riverains dépendent de cette activité pour leur subsistance.”

Le partenaire de Katerre estime que le tourisme durable est fondamental pour maintenir le développement de l’Amazonie, générer des revenus et préserver la forêt. “Il est de la responsabilité des entreprises de participer activement aux piliers socio-environnementaux, vecteurs essentiels du travail de préservation de la forêt.” Parmi celles-ci, Tone souligne les demandes émanant de la zone urbaine de la ville, des communautés riveraines, de la forêt et des rivières.

« Il est de la responsabilité des entreprises de participer activement aux piliers socio-environnementaux, vecteurs essentiels du travail de préservation de la forêt »

Dans la région où Katerre opère, un projet lancé il y a 17 ans par l’enseignant écossais Paul Clark, en partenariat avec l’Association des artisans de la rivière Jauaperi (AARJ), entre les États d’Amazonas et de Roraima, mobilise des volontaires locaux. Ils font respecter la rivière contre les trafiquants et les chasseurs illégaux de chéloniens d’eau douce. Il y a 16 espèces, mais quatre (yáça, irapuca, tracajá et tortue) sont plus menacées car elles pondent leurs œufs sur les plages.

“C’est un dévouement continu de près de cinq mois, de la collecte des œufs à la libération des éclosions. En 2020, environ 3 000 poussins de chéloniens ont été rendus à la nature en toute sécurité. Assurer l’existence de ces espèces, c’est garantir le maintien de l’ensemble de la biodiversité amazonienne.”

Les partenaires:

Inscrivez-vous et téléchargez la nouvelle édition d’Explore Magazine !

Partager:

X