babel inclusive

L’environnement universitaire est déterminant pour le développement des chercheurs étrangers

 

par Ronald Sclavi

Réunissez dans une même classe des Brésiliens, des Chinois, des Péruviens, des Colombiens, des Mexicains, des Portoricains, des Vietnamiens et des Libanais. Ajoutez aux différentes nationalités le besoin d’isolement imposé par la pandémie que nous vivons. Essayez maintenant de concilier les langues, les cultures, les habitudes et les histoires individuelles pour que ce groupe puisse entrer dans une université de premier plan à la recherche d’un apprentissage de qualité.

C’est ce qu’a constaté la microbiologiste Helena Ferreira Leal de Carvalho Toledo, qui vivait à Salvador (Bahia), lorsqu’elle a intégré le programme de doctorat de l’Université de Montréal en 2020, juste avant le début de la pandémie de Covid 19. Ce qui aurait pu être chaotique s’est transformé en une des expériences les plus riches pour elle et pour les étrangers qui cherchent un scénario d’excellence pour développer leurs thèses dans cette université.

Au départ, la chercheuse – spécialisée dans le développement de bactéries résistantes en milieu hospitalier, titulaire d’un master de la Fondation Oswaldo Cruz – cherchait une opportunité dans une université anglophone, langue qu’elle maîtrisait déjà. Toutefois, en raison des affinités avec les chercheurs de l’UdeM de son domaine, elle a commencé à se rapprocher de cette école francophone riche de plus de 140 ans de tradition.

Outre la synergie avec les chercheurs, l’accueil officiel a été l’une des raisons de son choix. Helena a été surprise par le site web avec traduction en portugais et le programme d’ambassadeurs. La doctorante a été accueillie par des Brésiliens qui lui ont donné des conseils sur les questions universitaires et sur l’immigration, les documents et autres formalités indispensables à ce voyage.

Même à distance, Helena a suivi le processus de « francisation », qui vise à faire passer l’étudiant d’un niveau intermédiaire à un niveau avancé de maîtrise de la langue. « Le cours m’a préparé non seulement en termes de français, mais aussi sur ce que je pouvais attendre de l’université et de la plateforme d’enseignement virtuelle ». Selon Helena, ce processus implique également des techniques spécifiques de rédaction et de débat à utiliser dans l’environnement universitaire.

La chercheuse a ensuite suivi deux matières optionnelles dans son doctorat. « Même avec certaines difficultés, les professeurs sont serviables et ne gênent pas les étudiants ayant des difficultés initiales, comme des erreurs de langue. Nous pouvons également envoyer des questions par courrier électronique et ils y répondent très attentivement », souligne Helena. Les cours enregistrés en vidéo avec des transcriptions disponibles pour les étudiants font également partie des ressources qui ont aidé Helena dans ce premier moment d’enseignement à distance.

Le séjour de l’étudiante brésilienne au Canada, ainsi qu’une partie de ses frais de scolarité, sont financés par le programme de bourses de mérite pour étudiants étrangers (PBEEE), un programme gouvernemental établi pour les étudiants étrangers. La recherche d’Helena a également bénéficié de ressources publiques destinées au Département de microbiologie, immunologie et infectiologie de l’UdeM.

Le professeur brésilien Francisco Loiola – philosophe et docteur en psychopédagogie -, professeur à la faculté d’éducation de l’UdeM, souligne que le taux d’abandon scolaire des étrangers est inférieur à celui des natifs, un phénomène inhabituel, qui est soutenu par la politique d’accueil de ces étudiants. « C’est une expérience qui a transformé la population québécoise elle-même. Aujourd’hui, il y a une attitude sociale différente pour accompagner l’arrivée de ces étudiants », dit-il.

Le professeur rappelle que le processus d’admission d’un professeur à l’université porte un regard attentif sur les compétences pédagogiques de ces professionnels. Il faut cinq ans pour qu’un professeur atteigne le statut de professeur titulaire, c’est-à-dire qu’il soit définitivement incorporé à l’université. L’un des instruments décisifs pour l’admission est l’évaluation des étudiants, qui prend en compte 20 questions liées aux aspects pédagogiques.

Loiola rappelle également que l’amélioration de l’environnement d’enseignement au Canada ne se limite pas à l’enseignement supérieur. Dès les premières années d’école, les thèses inclusives ont fait l’objet d’une attention sociale et d’un suivi par les orthopédagogues qui évaluent les étudiants ayant des difficultés d’apprentissage pour un suivi qui va de l’école primaire à l’université.

Même en reconnaissant l’hétérogénéité des étrangers qui étudient à l’UdeM, le professeur admet qu’il y a un environnement de plus en plus préparé aux différences qui marquent cette expérience universitaire. « Il y a une prise de conscience envers l’autre. Une conscience inclusive ».

Les partenaires:

Inscrivez-vous et téléchargez la nouvelle édition d’Explore Magazine !

Compartilhe:

X